TULEAR : le bout de la longue descente classique

Nous sommes arrivés vers midi à Tulear, le bout de notre longue descente de la RN7.

Après un passage à l’aéroport pour récupérer le reste de l’équipe, et posé nos affaires dans l’hôtel, notre après-midi se passe tranquillement.

On a commencé par la visite de Bakuba, un hôtel avec une décoration et cadre impressionnant. On est resté pour attendre le coucher de soleil en admirant la vue panoramique sur la mer.

 

En effet, Tuléar a beau être sur la côte, mais il n’y a pas de plage directement accessible.

Pour finir notre journée, on a dîner en ville, à l’Oasis Café. Le lendemain, on a encore une route à faire. Nous partons visiter Tule’art en ville. C’est le premier musé de recyclage dédié à la protection de l’environnement et de la gestion de déchets à Madagascar. Né sur l’initiative d’un ONG Allemande.

 

Vers 10 h , on a pris la route en piste de sable dont le but de joindre Ambatomilo, qui est à 120 km au Nord de Tulear. Mais comme on dit, une aventure n’est pas une aventure si tout est bien joli et confortable. Notre véhicule n’était pas de hauteur pour la piste. On a fait demi-tour et décidé de rester à Mangily, chez La Bella Donna. Un après-midi au calme dans la piscine pour ensuite partir en pirogue pour la coucher de soleil.

Le jour suivant, on été parti visiter un parc de baobab et quelques plantes médicinales du sud de Madagascar. La visite a duré 2h. Après, retour en ville pour monter à Sarodrano. Sur la route , un petit tour de 20 min dans la grotte où il y a la piscine naturelle.

On a décidé de séjourner à la Résidence Eden Ecolodge qui se situe dans un milieu naturel. Ils respectent les normes complètes du véritable ecolodge avec l’accueil chaleureux, staffs au petit soin avec un grand sourire, et chambres sympathiques avec une vue directement sur la mer.

L’après-midi, on a fait un trekking sur le Barn Hill, tout en haut, la vue sur st Augustin, Anakao, les mangroves mais aussi les Flamants roses.

 

 

Le soir, ils nous ont préparé une animation pendant le dîner, qui a était une belle aventure culinaire et superbe rencontre avec le propriétaire.

Au petit matin avant de retourner à Tulear, on a organisé une petite balade en pirogue pour voir de près les Flamants roses et la snorkeling .

On a quitté vers midi pour rejoindre la ville. Après notre déjeuner, on a décidé de se balader à la plage de batterie (Dubai à Madagascar) avec quelques photos à volonté. Le soir on a pris des apéros pour finir notre circuit.

 

En resumant notre voyage sur la RN7, chaque arrêt est une destination qui nous éloigne de notre quotidien de qui nous rapproche de l’essentiel.

 Vous verrez par vos propres yeux la beauté unique de Madagascar avec sa diversité exemplaire et sa richesse culturelle. Un itinéraire à double facette, car il dévoile aussi le côté moins élogieux : l’absence des touristes, les hôtels fermés, les parcs non entretenus, les feux de brousses, et le plus touchant c’est la quête d’eau. 

J’ai vu des enfants qui marchaient des kilomètres pour trouver de l’eau, car les rivières sont quasi-inexistantes.

 Une grande prise de conscience pour moi que d’ici quelques années, l’eau deviendra la principale de nos préoccupations.